De temporum fine comœdia - Argument

1er tableau, « les sibylles » :
Les sibylles célèbrent leur dieu comme créateur du cosmos et bienfaiteur du monde. Celui-ci s’apprête cependant à conduire le procès des vivants et des morts. Chacun sera jugé pour ses actes : les justes seront sauvés, les impies sombreront à jamais.

2e tableau, « les anachorètes » :
Les anachorètes (moines érudits des premiers temps du christianisme) opposent aux prophéties de la fin du monde un « Non ! » virulent et exalté qu’ils défendent à l’aide de leur savoir : aucune créature de dieu ne peut être damnée.

3e tableau, « dies illa » :
Les derniers êtres humains apparaissent. Leur plainte intense au sujet de l’anéantissement du cosmos et de la fin du monde est suivie d’une prière du chef de chœur accompagnée de kyries du peuple qui culmine lors de la demande du bannissement des démons. Lucifer apparaît et, frappé par des rayons de lumière, reprend sa forme originelle en trois temps.«[1]

 

(Photo de scène, première, Salzbourg, 1973)
(Photo de scène, première, Salzbourg, 1973)

______________________________________

[1] Werner Thomas in: Pipers Enzyklopädie des Musiktheaters, Band 4, München 1991, S.581 ff.
Photo: Siegfried Lauterwasser

Première

Argument