Antigonæ - Argument

A Thèbes, une malédiction contraint à l’affrontement les familles d’une dynastie régnante : les Labdacides et les Ménécéens. De l’union prédestinée d’Œdipe avec sa mère naissent les frères jumeaux Etéocle et Polynice, et deux filles, Antigone et Ismène.

Etéocle et Polynice s’entre-tuent. Créon, fils de Ménécée, déclare Polynice ennemi d’Etat et défend d’enterrer son corps sous peine de mort. 
Antigone la Labdacide enfreint l’ordre de Créon et rend à son frère Polynice les derniers devoirs. Surprise par un garde, elle est condamnée à mort par Créon qui l’enferme dans un cachot.

Aveuglé, Créon reste sourd aux supplications du fiancé d’Antigone, aux voix du peuple et à l’avertissement du devin Tirésias. Il se rend trop tard à la raison : la perte d’Antigone le conduit à son propre anéantissement.[1]

 

(Antigone : Christel Goltz ; Créon : Hermann Uhde ; Munich 1951)
(Antigone : Christel Goltz ; Créon : Hermann Uhde ; Munich 1951)

______________________________________

[1] Werner Thomas in: Pipers Enzyklopädie des Musiktheaters, Band 4, München 1991, S.581 ff.
Photo: Rudolf Betz, Munich

Première

Argument