Güntherschule

« Le nom de famille Günther m’attirait comme un aimant. »[1]

»Elle (Dorothee Günther) était depuis longtemps déjà reconnue [...] dans les cercles de gymnastique comme spécialiste.«[3] (La Güntherschule située Kaulbachstraße à München)
(La Güntherschule de Munich, Kaulbachstraße 16)

Dans le sillage du mouvement artistique mêlant rythme et danse, Orff fonde en compagnie de Dorothee Günther, professeur de gymnastique, graphiste et écrivain, une école de gymnastique et de danse à Munich en 1924 : la Güntherschule.

Le compositeur met en pratique sa conception de la musique élémentaire qu’il définit comme une synthèse de la musique, du langage et du mouvement, dont ›la régénération de la musique par le mouvement et la danse‹ [2] en constitue l’objectif.

Grâce à sa connaissance d’instruments très divers acquise avec l’aide de Curt Sachs, Orff conçoit un ensemble d’instrumental dit ›l’instrumentarium‹ qui sera déterminant pour la mise en œuvre du Schulwerk et l’élaboration de ses compositions scéniques.

   

»Nous avons commencé avec dix-sept étudiantes âgées de 18 à 22 ans. La formation durait de deux à trois ans. [...] Nous n’avions pas de budget pour assurer la communication, mais le nom de Günther agissait comme un aimant : le nombre d’inscrits augmentait considérablement chaque nouveau semestre. [...] Dès nos débuts, le succès était au rendez-vous. «[1] En 1926, Gunild Keetman rejoignit la Güntherschule. (Gunild Keetman 1930)
» Günther avait imaginé une école proposant différentes formations de danse et de pratique corporelle. [...]. Elle pensait notamment à [...] la gymnastique, la rythmique et la danse artistique [...].«[3] (Maja Lex um 1930)
»Génial et engagé, le cours d’Orff contrastait avec toutes les expériences que j’avais faites jusqu’alors. Lorsqu’il s’asseyait au piano et commençait à jouer [...], il inventait comme par magie de nouvelles sonorités et nous faisait entendre tous les styles musicaux qui lui passaient par la tête«[4] (Orff-Keetman)
»C’était une musique souvent vigoureuse [...] qui défiait les lois de la symétrie pour créer de nouveaux espaces. Nous nous sommes adaptés de manière imperceptible à cette musique initialement étrangère, et bientôt nous nous y sommes accoutumés grâce à l’improvisation, si bien que l’inhabituel se transforma en familiarité.«[4] (Gunild Keetman enseigne le xylophone à la Güntherschule 1933)
En 1934, Carl Diem, l’organisateur des Jeux olympiques de 1936, invite Carl Orff à participer à la musique de la cérémonie d’ouverture. Orff charge Keetman du projet. Günther s’occupe de la chorégraphie. « La presse allemande et étrangère publièrent des articles élogieux au sujet de la mise en scène de Günther, de la musique et de la danse.«[5] (Journée de répétition de la ronde au stade olympique, 1936)
En 1944, l’école de Munich est fermée par le régime nazi. Le 7 janvier 1945, elle est entièrement détruite par un bombardement.«[6] (Carl Orff et Gunild Keetman 1975)

______________________________________

[1] CO-Dok III,15; [2] CO-Dok III,17; [3] CO-Dok III,12; [4] Gunild Keetman: Erinnerungen an die Gunther-Schule, in: Bayerische Staatsbibliothek, Das Orff-Schulwerk (catalogue d’exposition 18, hrsg. von Robert Münster und Renata Wagner), Tutzing 1978, S. 13/14; [5] d’après CO-Dok III,204-206; [6] d’après CO-Dok III,210/211
Photos: 1-2 OZM; 3 Minna Ronnefeld; 4-5 OZM; 6 Christa Feiler
Audio: Klangdokumentation RCA 09026 68031 2; Arthur Groß - WER 4006-50

AUDIO:
Intrade f. Pauken u. Trompeten (Schulwerk Bd. V)

AUDIO:
Zu Maien, zu Maien (Schulwerk Bd. V)

AUDIO:
Ekstatischer Tanz

Güntherschule

Emissions radiophoniques

Musikhochschule de Munich